Etude sur le Poison
Romancier
Unpuis
Romancier
avatar


Mer 29 Mar - 22:57


Table des matières

1) Le poison dans Pokémon
Concrètement, comment ça marche ? (aspect Game-Play)

2) Le Poison dans la vie réelle
Définition de Poison
Le Postulat de Paracelse
Type de poison et de contamination
Le venin

3) Comparaison avec l’univers de Pokémon
Le type de poison et d’ingestion dans Pokémon
Explication « grave et léger »
Immunité des types Acier et Poison
Soin ou résistance en dehors des combats
La thérapie par le Poison
La Boue Noire et l’Orbe Toxique

4) Théories
Le Poison Unique
Lien avec les capacités ou les CT

Le poison dans Pokémon.

Concrètement, comment ça marche ?

Dans les jeux comme dans l’Animé, les Pokémon sont capables d’empoisonner leurs adversaires, leurs proies ou leurs prédateurs. Dans les combats, ils infligent le statut « Empoisonné » aux adversaires. Ce statut, très connu et utilisé en stratégie, se distingue des autres statuts que sont le sommeil, les brûlures, la paralysie ou le gel par le fait d’avoir deux niveaux bien distincts : L’empoisonnement « simple » et l’empoisonnement « grave ».
Globalement, l’empoisonnement « simple » provoque la perte d’1/8ème des Points de vie, et ce à chaque tour. L’empoisonnement grave, par contre, devient de plus en plus violent à chaque tour et peut, au bout de 8 tour, enlever jusqu’à 50% des points de vie ! Pour plus d’informations, je vous renvoie à l’article concernant les empoisonnements en stratégie.

Et c'est aussi pratique pour capturer des Pokemon.

Dans l’article qui suit, nous allons observer différents aspects de ce Poison des Pokémon et en tirer plusieurs conclusions. Commençons tout d’abord par définir ce qu’est un « Poison ».

Les poisons dans la vie réelle.

Définition de poison.

Un poison, c’est une substance néfaste pour les êtres vivants. Les poisons agissent à l’échelle moléculaire et provoquent des réactions chimiques qui, à leur tour, provoquent des dommages sur les êtres vivants : blessures, maladie, ou même mort. Vous connaissez certainement certains poisons comme le Cyanure, l’Arsenic, ou encore la Strychnine, rendus célèbres par divers romans policiers (citons Agatha Christie qui a tué bon nombre de ses personnages en les empoisonnant).

Le constat de Paracelse.

Mais pourtant, point important, Paracelse (1493-1541) observe que « Toutes les choses sont poison, et rien n’est sans poison ; seule la dose fait qu’une chose n’est pas un poison». Ce qui signifie que toutes les matières sont potentiellement néfastes, si elles se trouvent en trop grande quantité dans l’organisme, même les éléments importants comme l’eau !

En effet, en 2007, une radio californienne a organisé un concours pour gagner une console Wii. Le concours consistait à boire une certaine quantité d’eau toutes les 10 minutes et d’aller le plus loin possible. Mademoiselle Jennifer Strange en a bu près de 7,5 litres ! Et a été retrouvée morte de sur-hydratation peu de temps après à son domicile… Preuve que tout excès nuit !


Pour en revenir à Paracelse et à son fameux constat, nous pouvons aussi noter que ce que nous appelons « Poisons » peuvent aussi, à moindre dose, devenir des éléments bénéfiques. L’Arsenic a  longtemps été utilisé comme médicament. Beaucoup de recherches se penchent aujourd’hui sur le poison des animaux (scorpion, cobra, etc…) pour en tirer des remèdes ou des produits beaucoup moins néfastes.

Les types de Poison et de contamination.

On distingue habituellement 3 types de poison : Les chimiques (les plus connus), les biologiques (venin et autres poisons provenant d’êtres vivants), et, enfin, les physiques(rayonnement bêta, radiations, etc.)

Les poisons peuvent se retrouver sous les 3 états de la matière et infecter des êtres vivants par contact, injection, inhalation ou encore ingestion.

Le venin.

Dans le monde animal, et même végétal, il existe un sacré paquet d’animaux capables de produire du poison, communément appelé Venin. On retrouve évidemment les serpents, les scorpions, mais aussi certaines méduses, certaines grenouilles (les grenouille Arlequin, particulièrement mortelles), mais aussi des mammifères tels que les Loris ou même les … ornithorynques !

On fait moins le malin, hein!

Le venin n’est pas seulement un poison, mais un véritable cocktail chimique. Selon l’animal qui transmet le poison, on retrouvera différentes protéines plus ou moins néfastes. Le poison du Bothrops Jararaca (un serpent particulièrement dangereux) contient des hémorragines (qui provoquent des hémorragies… sans blague) ainsi qu’une protéine qui donne tout son piment au poison de Bothrops : la bothrojaracine. Celle-ci empêche la fabrication de la fibrine dans le sang, et donc de colmater les fuites de sang ! Au final, cela entraîne une asphyxie mortelle au bout de seulement quelques heures. Voyez donc le schéma ci-dessous:

Schéma en plus grand dans la bibliographie. L'étape 1 est évidemment la morsure.

Notons cependant que tous les venins n’agissent pas de la même manière, cela dépend de son composé. Certains attaquent le sang (comme dans l’exemple ci-dessus), d’autres le système nerveux (Cobra par exemple). C’est parce que chaque venin est différent qu’il faut un antidote bien spécifique pour chaque bestiole toxique.

Comparaison avec l’univers de Pokémon.

Le type de poison et d’ingestion dans Pokémon.

A partir de ce que nous savons des Poisons et du cas des Pokémon, nous pouvons affirmer que nous avons à faire à un poison de type Biologique, puisque les Pokémon produisent eux-mêmes leur poison. La méthode d’infection peut varier selon les Pokémon. Nous pouvons avoir une inhalation, notamment avec l’attaque Gaz Toxik, ou simple contact à partir des talents Toxitouche ou Point Poison. L’attaque Toxik, elle, est plus sombre sur son moyen de contamination. Comme cette attaque est apprise par quasiment tous les Pokémon, on peut penser que chaque espèce a une manière propre de contamination. Cependant, je vois mal l’attaque Toxik fonctionner par ingestion (peut-être avec Sorbébé ou Cupcanaille mais bon… ).
Et point poison? :

Explication « grave et léger ».

La différence entre empoisonnement léger et grave est assez simple à expliquer en rapport avec ce que nous savons des poisons. Il s’agirait simplement d’une histoire de quantité. Un empoisonnement faible serait un empoisonnement à faible dose et qui agirait de manière constante, tandis que l’empoisonnement grave serait une toxine présente en grande quantité et pour lequel l’organisme lutte en vain tout en consommant de plus en plus d’énergie pour canaliser les dégâts de celui-ci. Cela serait même assez logique quand on regarde le fonctionnement de Pics Toxik. En effet, avec une couche de poison, on provoque un empoisonnement léger, tandis que quand on double les pics, on a un empoisonnement grave.

Immunité des types Acier et Poison.

Les types Poison et Acier sont immunisés aux empoisonnements. Pour ce qui est du type Poison, on peut comprendre cela assez simplement. Il est en effet possible pour tout être vivant de s’immuniser aux poisons en étant en contact avec des doses non mortelles et qui augmentent au fur et à mesure. Dans l’animé Saint Seya, c’est ainsi que le Chevalier des Poisons s’immunise aux toxines de ses Roses empoisonnées. Ce phénomène est appelé Mithridatisation, du roi Mithridate qui a appliqué sur lui-même cette technique pour s’immuniser aux poisons et prévenir des tentatives de meurtre à son encontre. Comme les types Poison produisent eux-mêmes des toxines, leur organisme est bien plus tolérant à celles-ci et y est totalement adapté.

Disponible en plus grand en bibliographie.

Pour les types Acier, ils possèdent tout simplement un corps qui n’est pas biologique, ou seulement en partie. Le Poison ne les infecte donc pas de la même manière que les autres êtres vivants. Ils possèdent aussi une « armure » qui empêche la plupart des tentatives de contamination.

Soin ou résistance en dehors des combats.

Dans les jeux, nous avons eu pas mal de changements entre les différentes générations. Au départ, nos Pokémon souffraient toujours du poison en dehors des combats, mais à une échelle moins élevée (1 PV à la fois). Puis, à partir de la 4G, nos Pokémon pouvaient guérir seuls, une fois arrivés à la limite de leur organisme (1 PV). Finalement, ils ne souffrent désormais plus du poison en dehors des combats. Mais quoiqu’il en soit, nous pouvons en conclure que tous les Pokémon sont capables de gérer l’empoisonnement, mais que cela demande de gros effort à l’organisme. Ils doivent être au repos pour que leur corps empêche l’action ou se débarrasse des toxines. Cela demande un gros effort qu'il n’est cependant pas possible de concilier avec un combat Pokémon où nos braves compagnons ont besoin de toutes leurs ressources.

La thérapie par le Poison.

Le Poison peut aussi être utilisé par certains Pokémon pour se soigner, via le talent « Soin Poison ». C’est le cas notamment de Scorvol et Chapignon. Comme nous le rappelle Paracelse, un poison n’est pas nécessairement nocif, cela dépend de la quantité. On peut donc en conclure que l’organisme de ces Pokémon est capable de se débarrasser du superflu pour n’en garder que le « bon côté » et l’exploiter pour se régénérer.

Autre possibilité, ces Pokémon pourraient associer au poison un mélange de molécules qui modifierait l’action du poison pour en faire quelque chose de bénéfique. Quoiqu’il en soit, la thérapie par le poison est loin d’être une fantaisie de Game Freak. Actuellement, de nombreux chercheurs étudient les venins des animaux pour en tirer des médicaments, antidotes, etc.

D’autres talents bénéficient du poison pour devenir plus puissants. C’est le cas de Cran ou de Rage Poison, qui augmentent l’Attaque en cas d’empoisonnement, tout en souffrant de ce poison. Il est possible que les mécanismes de défense de l’organisme de ces Pokémon soient utilisés d’une manière différente pour justement augmenter la force physique du Pokémon pendant les combats et combattre le poison en dehors de ceux-ci

La Boue Noire et l’Orbe Toxique.

Ces deux objets sont assez spéciaux et utilisent tous les deux le système de poison pour agir.

La Boue Noire, pour commencer, exerce une contamination par contact. Il suffit de l’enlever du porteur pour que s’interrompe la contamination. Le poison de la Boue Noire est très différent de celui que les Pokémon produisent, puisqu’elle n’inflige pas le statut « empoisonné » et a une portée limitée. Cependant, les Pokémon Poison savent gérer cette mixture et en tirer des éléments nutritifs et/ou bénéfiques pour leur organisme. Notons que même les types Acier sont affectés par la Boue Noire, comme si elle parvenait à atteindre leur corps d’une autre manière.

L’Orbe Toxique agit lui aussi par contact. Mais le retirer du porteur ne suffit pas pour stopper l’empoisonnement. On peut en conclure qu’il s’agit d’un objet qui suinte la substance toxique, qui pénètre dans l’organisme en passant par les pores de la peau. Il faut cependant un court instant pour qu’assez de poison pénètre dans le corps (l’objet s’active à la fin d’un tour). Ou bien est-ce le mouvement du Pokémon au combat qui provoque l’action du Poison ? Toujours est-il que le poison de cet Orbe est largement comparable à celui produit naturellement par les Pokémon, puisqu’il inflige le statut d’empoisonnement grave.  

Théories

A partir de tout cela et de plusieurs autres constats que j’évoquerai en arguments, j’ai élaboré les deux théories que voici, et qui sont en lien entre-elles. Celles-ci pourraient bien modifier la vision que vous aviez des Pokémon…

Le Poison Unique.

Ma première théorie est à la fois simple et complexe. Comme le statut « empoisonnement » marche de la même manière sur tous les Pokémon, j’en suis venu à imaginer qu’il n’existerait qu’un seul et unique poison, commun à tous les Pokémon. Je propose de le nommer simplement « Poké-Poison ». En effet, il s’agit d’un point commun que partagent… 99,7% des Pokémon existants.

Car mis à part Qulbutoké et Zarbi, toutes les espèces de Pokémon peuvent apprendre l’attaque Toxik. Certes, certains Pokémon ne sont pas capables d'apprendre de CT à un stade de leur évolution, mais le sont à un stade plus élevé (Magicarpe et Léviator, par exemple) ! Ils sont donc tous en mesure de produire du poison… et de lutter contre celui-ci, comme j’en ai déjà parlé précédemment !

Même cet Evoli produit du poison! Comme quoi...

Ce Poké-Poison est donc l’élément qui relie toutes les espèces de Pokémon et qui, donc, les différencient des animaux.

Pour que tous les Pokémon puissent produire exactement le même Poké-Poison, ils doivent donc avoir un ancêtre commun qui le fabriquait déjà. Et justement, cela correspond, puisque l’ancêtre supposé de tous les Pokémon est Mew et que celui-ci peut apprendre Toxik !

Le Type Poison serait donc la catégorie de Pokémon qui a exploité cette particularité jusqu’à son paroxysme.

Cependant, l’existence d’un Poké-Poison unique tel qu’imaginé ici est assez peu crédible… Rappelons que, dans le monde réel, il n’existe pas de venin identique pour deux espèces… Ils varient toujours selon les êtres vivants qui les fabriquent. De plus, en plusieurs millions d’années d’évolution, le fait que le Poison n‘ait pas changé de formule depuis Mew me semble bien naïve…

Rappelons aussi que Qulbutoké et Zarbi n’apprennent pas Toxik… Peut-on dès lors les considérer comme Pokémon ? Le cas de Zarbi est très compliqué car il semble provenir d’autres dimensions et régir en même temps la nôtre… Qulbutoké, lui, serait une branche des Pokémon qui a décidé de se passer de Poison pour survivre, en s’adaptant autrement. En effet, notre ami bleu est capable de renvoyer tout type d’agression. Notons aussi que s’ils ne peuvent transmettre le Poison, ces Pokémon luttent tout de même contre celui-ci, de la même manière que les autres. Ont-ils donc les mêmes mécanismes de défense, ou produisent-ils juste une quantité plus faible de Poké-Poison ? Cette possibilité reste à étudier.

Lien avec les capacités ou les CT.

En lien avec la théorie précédente, et avec l’enseignement de Paracelse, voici la seconde théorie.

Puisque tous les Pokémon produisent la même toxine, c’est qu’ils en tirent un avantage indéniable, dont seuls Qulbutoké et Zarbi peuvent se passer. Paracelse nous rappelle que le poison, en faible quantité, a justement parfois des bons, voire de très bons côtés.

Et si le Poké-Poison permettait à l’organisme d’exploiter au maximum ses capacités et d’utiliser les attaques telles que nous les connaissons ?

En effet, si l’attaque Bélier ou Charge n’a rien d’impressionnant, c’est différent pour Ball’Ombre, Ouragan, Séisme, et j’en passe ! Les animaux seraient incapables d’utiliser ne serait-ce que 95% des attaques des Pokémon. Et comme la production de Poké-Poison est commune à chaque Pokémon, nous pouvons imaginer que c’est justement ce qui permet l’apprentissage des Capacités, que ce soit naturellement ou via Capsules Techniques.

Concernant Zarbi et Qulbutoké, cela rejoint l’idée qu’ils produisent le Poké-Poison en quantité limité, puisqu’ils ont un movepool ridicule !
Des CT ? Pour quoi faire?

Mais alors, pourquoi les Type Poison n’en ont-ils pas un plus large que la moyenne ? Je pense qu’ils exploitent le Poké-Poison de tellement de manières différentes que cela limite aussi leur movepool, tout comme les limites d’un Pokémon normal.

Malheureusement, il ne s’agit là que d’une théorie qui n’a à son arc que peu de preuves… Mais pourquoi pas ?

Conclusion

Les Poisons fascinent les hommes depuis des siècles. Que Game-Freak l’exploite dans son Univers n’est donc pas étonnant. Les concepteurs s’étaient-ils renseignés sur la mithridatisation, Paracelse ou sur les poisons existants pour construire le concept de poison dans Pokémon ? Peut-être, peut-être pas… Mais si c’est du hasard, c’est rudement bien joué ! J’ai essayé tout au long de cet article de comparer notre monde à celui de Pokémon afin d’en tirer une logique qui me parait intéressante et passionnante à la fois. J’espère que la lecture de cet article vous aura plu. Vous trouverez ci-joint une bibliographie pour pousser plus loin vos recherches.
http://www.acme-eau.org/A-trop-boire-d-eau-la-mort-survient-experience-malheureuse-en-Californie_a1288.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mithridatisation
https://fr.wikipedia.org/wiki/Paracelse

Lien vers les schémas en taille normale
Article sur l'empoisonnement à l'eau
Infographie, la dose fait le poison
Schéma de l'action du poison de Bothrops Jacacara provient du magazine Science et Vie Junior Spécial Poison de février 2012)
La Mithridatisation
Paracelse


Dernière édition par Unpuis le Mar 18 Avr - 15:30, édité 2 fois
Chercheur
Ruine Maniac
Chercheur
avatar


Jeu 30 Mar - 16:25

On attaque un gros morceau là, qui avait déjà fait débat sur Neverused ! Le problème, mais aussi ce qui est intéressant, c'est que ça soulève pleins d'autres questions en Pokéscience.

Unpuis a écrit:
Dans les jeux, nous avons eu pas mal de changements entre les différentes générations. Au départ, nos Pokémon souffraient toujours du poison en dehors des combats, mais à une échelle moins élevée (1 PV à la fois). Puis, à partir de la 4G, nos Pokémon pouvaient guérir seuls, une fois arrivés à la limite de leur organisme (1 PV). Finalement, ils ne souffrent désormais plus du poison en dehors des combats.
J'adhère complètement à cette remarque :
Soporiklee sur Neverused a écrit:
On pourrait penser qu'il y'a des générations de Pokéball créées par les hommes, et qu'elles se sont petit à petit améliorées (comme toute technologie normale au final) pour devenir aussi bien faites qu'aujourd'hui :
1ères Pokéball (Elles ne stoppent pas le Poison) > 2ème génération de Pokéball (Plus avancée, permet de conserver le Pokémon, mais pas dans sa santé entière) > 3ème génération de Pokéball (Parfaites, elles permettent de stopper entièrement l'effet du poison)
Ce qui mériterait d'être vérifié dans un sujet consacré à la Pokéball. Il se peut que cette hypothèse soit fausse, et donc qu'il faille revenir à ton hypothèse.
Tes conclusions peuvent rester correctes malgré tout, mais pas pour les raisons évoquées. C'est la capacité Repos qui ferait office d'argument valable, mais à prendre avec des pincettes puisqu'il s'agit d'une capacité aux effets avant tout contraintes par le gameplay.

À propos de Toxic maintenant.
Notons que cette capacité n'est apprise pas tous les Pokémon que par CT.
Koga dans RF/VF a écrit:
Sealed within that TM lies Toxic! It is a secret technique dating back some four hundred years.
Koga insiste sur le fait que c'est une technique, qui demande donc à être apprise. Donc tous les Pokémon ne peuvent pas maîtriser cette capacité naturellement.
Et donc si Zarbi et Qulbutoké, voire d'autres Pokémon sous-évolués ne peuvent pas l'apprendre, c'est a priori par manque de capacité motrice, au moins d'apprentissage. Un peu comme si tu voulais apprendre à ton chien ou à un bébé humain à conduire une moto. Le fait que les sous-évo comme Magicarpe sont concernées, au contraire de leur évolution, prouve que ce n'est pas tant une question de gène, mais bien de capacité.
Bref, tout ceci pour éviter un débat sur Zarbi et Qulbutoké, si c'est un avantage évolutif ou blablabla...

Cette question des exceptions étant réglées, passons à la suite.
Ça n'empêche qu'effectivement, tous les Pokémon peuvent peut-être potentiellement secréter des toxines (j'emploie le terme de toxine, puisque c'est celui des descriptions officielles de la capacité Toxic). Mais s'agit-il vraiment d'une seule et même toxine ?
Le fait que les Pokémon ont tous des morphologies trop différentes, et qu'ils apprennent pour la plupart Toxic que par le biais d'une CT (donc par technique dépendant des capacités d'apprentissage du Pokémon, et non par un changement biologique quelconque, cf supra), tend à prouver qu'il ne s'agit pas d'une toxine unique.
De plus, l'hypothèse d'un ancêtre commun possédant naturellement Toxic n'est pas prouvée (j'aimerai d'ailleurs préciser que Mew a de grandes chances de ne pas être l'ancêtre commun ultime, et donc qu'il ne faut pas compter sur lui).

Concernant le lien entre le poison et les capacités, tu remarques toi-même l'incohérence de cette logique avec les Pokémon Poison, qui n'ont pas un movepool plus large. Certes, on peut, comme tu l'as fait, leur trouver une excuse. Mais il n'empêche que si les scénaristes avaient pensé à ton scénario, ç'aurait été la preuve parfaite à mettre en avant. Le fait que les Pokémon Poison n'ont pas un movepool plus large ne prouve pas que ta théorie est fausse, mais montre quand même qu'il y a peut-être un problème, surtout s'il n'y a aucune autre preuve. Bref, il s'agit là d'une hypothèse (invérifiable donc) qu'on devrait envisager avec pessimisme à mon sens !

Voilà, je ne partais pas du tout dans l'optique de réfuter ta théorie, mais je vois qu'au final j'en suis arrivé à ça ! Pour résumer, on n'a, pour l'instant (où aucun sujet annexe n'a fait état de recherches approfondies), aucun moyen de réfuter avec preuves à l'appui ta théorie. Mais il n'y a aucune preuve qui va dans le sens de ta théorie, ayant réfuté les arguments que tu avançais. On ne trouve pas non plus de preuve là où on s'attendrait à en trouver, même si on peut toujours trouver une excuse à cela. Surtout, on rencontre plusieurs incohérences, notamment les types Spectre. Bref, rien ne réfute, mais il y a un cumul d'éléments qui font que cette théorie doit plus être envisagée comme fictive que dogmatique.

PS : J'ai édité ton post, la mise en page de Neverused ne convenant pas sur ce forum, notamment la police blanche. D'ailleurs tu as un bouton "H" qui permet de mettre ton texte sous forme de titre, n'hésite pas à l'utiliser plutôt que de recourir aux boutons gras, souligné, etc.
Romancier
Unpuis
Romancier
avatar


Jeu 30 Mar - 17:10

Ma théorie du Poison unique est basé sur le fait que, tout simplement, il agit de la même manière quelque soit le Pokémon qui empoisonne ou est empoisonné. 

Or, dans la "vraie" vie, tous les venins et poisons ont des effets considérablement différents. Certains provoquent des asphyxies, d'autres vous font courber le dos par des spasmes violents, certains agissent violemment, d'autres discrètement... 

Et du coup, il y a un contre-poison par poison et venin existant, et qui ne fonctionnera pas contre un poison auquel il n'est pas adapté. Nous on a juste l'antidote (et autre Total soin  ou vieux gâteau, qui pour moi booste le système de défense contre le Poison et les autres altérations) 

On pourrait évidemment dire que c'est un souci de Game-play. C'est même sûr à 99,99%. Mais c'est un souci de game-play qui pose effroyablement question. 

Ou alors, il y a une autre possibilité. L'effet du poison serait le même chez chaque Pokémon car, chez tous, ils ont le même système de défense. Celui-ci pourrait canalyser la matière reconnue comme néfaste pour tenter de l'éliminer, au prix d'un gros effort de la part de l'organisme (traduit par la perte de pv). Et du coup, quelque soit les toxines utilisées, l'effet sera identique, et c'est donc ce système de défense qui sera commun aux différents Pokémon, Zarbi et Magicarpe compris. L'antidote ou la Baie pecha donnerait donc un coup de boost à ce système. 

Du coup, revenons à Toxik. On peut peut-être imaginer que, si c'est une technique, le Pokémon se serve de son environnement pour l'utiliser de manière adéquate. On a pas idée de toutes les matières pouvant servir de Poison. D'ailleurs, c'est la quantité qui fait le poison, donc on peut imaginer que Toxik résulte d'une projection de matière pour faire réagir le système immunitaire. (Ou alors, c'est les selles... :-| )

Je suis d'accord aussi avec l'idée de la Poké-Ball devenue plus performante. Même s'il y a le paradoxe des Fargass Ball qui se soulève, vu que ce sont des balls fabriquée à l'ancienne. Mais à nouveau, game-play, toussa toussa...
Chercheur
Ruine Maniac
Chercheur
avatar


Jeu 30 Mar - 19:23

J'avais effectivement vu la remarque de griffon-nages (RIP snif, tu nous manques) !
griffon-nages sur Neverused a écrit:
Et justement, il existe une seule sorte d'Antidote et une seule sorte de baie contre toutes les attaques Toxik de tous les Pokémon ! C'est merveilleux, non ?
=> Le Poké-poison est donc le même pour tous les Pokémon.
Je n'avais pas pris la peine d'en faire un contre-argument, puisque la contrainte de gameplay est indéniable (après j'admets que c'était très bien vu de sa part, tout comme ta théorie que j'apprécie malgré tout).




Effectivement, dans le jeu c'est la même manière, et comme tu dis c'est sûr que là c'est une question de gameplay ! Pour être fixé, il faudrait donc regarder dans l'anime, s'il y a des réactions différentes au poison, si c'est dû à des différences de poison ou à des différences de système immunitaire (ou les deux).

De ce que j'ai vu en me renseignant sur Toxik, les Pokémon projettent un liquide ou libèrent un gaz. Mais comme c'est juste la manière de lancer l'attaque qui diffère, ça ne nous avance pas trop. Ce qui m'a frappé, c'est que Brutapode crache un liquide très corrosif, qui dissout la matière, contrairement aux autres Pokémon ! L'épisode DP190 serait éclairant, puisque apparemment on découvre qu'une fièvre et une difficulté à respirer seraient des effets de l'empoisonnement provoqué par Dard-Venin et Direct Toxik d'un Tentacruel. C'est clair que ça vient du lanceur cette particularité, et non du receveur, puisque plusieurs Pokémon ont été affectés. Apparemment il y aurait donc bien différents types de toxines. Et là, aucune excuse de gameplay n'est valide (en revanche l'excuse de la négligence scénaristique l'est).

Passons au test du système immunitaire !
Concernant le soin après-combat, outre Repos, j'ai trouvé une preuve dans l'anime : Sharpedo guérit tout seul au bout d'un moment (dans AG019). Bon, ça semblait évident, mais au moins ça fait une preuve. Après il faudrait regarder plus en détail chaque épisode de l'anime listé dans cet article Bulbapedia pour vérifier si tous les Pokémon réagissent bien pareil à un même type de poison. La réponse semble être positif d'après ce que j'ai dit à propos des Pokémon confrontés à Tentacruel. Reste à vérifier pour les autres épisodes.
Gardons à l'esprit, malgré cette démonstration, que la contrainte de gameplay rôde (oui on y revient constamment, pour c'est incontournable quand on traite d'un sujet comme ça :/). M'enfin, vu que c'est pas sûr du tout la contrainte de gameplay à propos du système immunitaire, on peut effectivement s'en servir pour théoriser je pense.
Et du coup, si on admet cela, c'est bien vu la déduction pour les soins !
Laborantin
Baalouga
Laborantin
avatar


Mar 18 Avr - 11:59

Unpuis a écrit:
En effet, en 2007, Nintendo a organisé un concours pour gagner une console Wii. Le concours consistait à boire une certaine quantité d’eau toutes les 10 minutes et d’aller le plus loin possible. Mademoiselle Jennifer Strange en a bu près de 7,5 litres ! Et a été retrouvée morte de sur-hydratation peu de temps après à son domicile

Euh t'es sûr que c'est Nintendo qui a organiser le concours ? Il me semble que c'est une radio américaine.
Romancier
Unpuis
Romancier
avatar


Mar 18 Avr - 15:02

Tu as raison, j'ai écris le passage trop vite, c'est une radio californienne qui avait organisé le bazar, j'en profite pour remettre la source : Lien vers l'article Après, c'est surtout l'exemple de l'empoisonnement en lui-même qui était intéressant.
Laborantin
Baalouga
Laborantin
avatar


Mar 18 Avr - 15:09

Oui tu peux editer ton article aussi.
Pour plus de détail ya ce schéma aussi sur la dose mortel des produits du quotidien. Infographie. La dose fait le poison
Romancier
Unpuis
Romancier
avatar


Mar 18 Avr - 15:30

C'est fait, j'ai ajouté l'image de ton lien en passant ;)
Designer
RandomProject
Designer
avatar


Mar 18 Avr - 16:49

Unpuis a écrit:
Pour que tous les Pokémon puissent produire exactement le même Poké-Poison, ils doivent donc avoir un ancêtre commun qui le fabriquait déjà. Et justement, cela correspond, puisque l’ancêtre supposé de tous les Pokémon est Mew et que celui-ci peut apprendre Toxik !

Le Type Poison serait donc la catégorie de Pokémon qui a exploité cette particularité jusqu’à son paroxysme.

Cependant, l’existence d’un Poké-Poison unique tel qu’imaginé ici est assez peu crédible

Au contraire je pense qu'un poké-poison comme tu le cites est tout à fait envisageable!
Si on regarde à travers le prisme de l'évolution dans le monde réel, on voit bien que malgré le nombre hallucinant des mutations séparant les diverse espèces qui peuplent notre belle planète, un type de molécule varie très peu dans le vivant; les protéines. Et parmi elles, les enzymes sont encore plus révélatrices de ce phénomène.

Effectivement, les enzymes ayant une action de catalyseurs biologiques sont très spécialisées (par exemple dans la détérioration du glucose). Or les fonctions les plus "basiques" sont partagées par l'ensemble du vivant; chaque espèce a besoin d'enzymes réalisant ces fonctions primordiales.
Comme elles sont indispensables, la moindre de leurs mutations provoque souvent la mort de l'individu. On a donc pas de propagation du gène muté (du moins elle est très limitée), et on retrouve cette enzyme "primitive" chez tous les descendants.
Retrouver une enzyme commune à tous les Pokémon n'est donc pas une idée absurde.

Prenons l'exemple des métallo-protéases; ces enzymes sont indispensables pour "casser" les chaînes protéiques, et réutiliser les acides aminés obtenus. On les retrouve donc chez une large partie du vivant.
Au sein d'un organisme, leur activité est très régulée; elles sont activables et agissent seulement dans des espaces déterminés dans la cellule.
Si une métallo-protéase agit hors de ces limites, elle détruit des protéines indispensables et peut causer de graves dommages.

Par exemple, le venin de certains serpents se base sur cette action.

Pour nos monstres de poches, nous pouvons émettre l'hypothèse que le Poké-poison est une enzyme à activité "destructrice" indispensable au bon fonctionnement cellulaire de tout Pokémon. Cette enzyme doit être maintenu dans des zones spécifiques de la cellule pour être inoffensif.
Certaines créatures on cependant obtenue la capacité à produire cette enzyme en large quantité, pour la projeter sur ses adversaires. En dehors du confinement cellulaire, elle provoque de sévères lésions (la quantité et la localisation de poison inoculé pourrait déterminer le caractère de gravité de l'empoisonnement).

Les Pokémon de type poison et acier pourraient avoir un régulateur libre de l'enzyme, la détruisant ou bloquant son effet. Ce régulateur est lui aussi commun à tous ces Pokémon. Malamandre produirait dans son venin, en plus du Poké-Poison, une molécule inhibant ce régulateur.


Alors j'utilise beaucoup le conditionnel, mais ça pourrait expliquer l'existence d'un Poké-poison.

Par contre, je n'ai rien de pertinent sur la question du movepool ^^'
Contenu sponsorisé